Compte rendu – réunion du 06/05/16

Lieu : Salle de réunion maison des associations

Objet : Présentation du Colibricole – Dépouillement des idées, des envies et débat autour des actions à mettre en place – Création commissions ?

Présents : Verbe Morgane, Gadeyne Christine, Hamon Viviane, Gancarz Joël, Delaveau Tad, Laurent Carole, Gerard Patrice, Gerard Véronique, Lecocq Geneviève, Fouquart Camille, Abbas Karin, Bonnot Diane, Menicot Nathalie, Clementi Monique, Enderlé-Chazalviel Cécile.

Ce jour là, nous étions une quinzaine dont 6 personnes qui n’avaient pas assisté à la première réunion et qui ont eu l’information par le bouche à oreille et par les affiches.

Comme convenu sur l’ordre du jour, Morgane fait une présentation du Colibricole, association qui accueille et soutient le projet.

Créée en janvier 2015, l’association est gérée par un Conseil d’Administration où tous ses membres sont co-présidents (pas de bureau classique avec président, secrétaire, trésorier) et le fonctionnement de l’association est collégial. Depuis l’automne 2015, l’association est en sommeil, ses actions en suspens. Elle en rappelle son objet :

« Le Colibricole a pour objet de réveiller les consciences afin de préserver notre environnement. Pour cela, l’association se fixe trois grands objectifs : réduire le volume des déchets, éduquer à l’environnement et favoriser une consommation responsable. »

Est évoqué l’adhésion qui sera proposée à prix libre.

Morgane présente ensuite le bilan d’activités de l’année 2015 (voir site du colibricole avec lien vers document pdf) : AG constitutive, Réunion Publique, Expérimentation Jardin Partagé, Ateliers cuisine végétarienne, Spectacle Débat, Projet de Compostage Collectif, Rencontres de Pratiques Populaires avec Chouf Chouf, Visite maison solaire de M.SIMEON, Créa Recup avec La Ligue de l’Enseignement, Préparation Expo Choc Le Reflet des gorges avec le PNR Verdon, Fête du Parc avec FNE04 et le Sydevom : la butte de permaculture.

Il est soumis l’idée, approuvée à l’unanimité, d’organiser une Assemblée Générale Extraordinaire au mois de juin afin de :

 Faire entrer de nouvelles personnes au CA du Colibricole

 Réécrire l’objet du Colibricole de façon à mettre davantage en avant l’objet transversal de lien social.

 Officialiser les nouveaux adhérents

A la demande de Christine, Carole, travailleur indépendant, qui est en recherche d’un lieu pour créer une espace de « co-working », explique en quelques mots le fonctionnement des « tiers-lieux » et du « Coworking » : ce sont des lieux ouverts et vivants qui permettent à plusieurs travailleurs indépendants d’avoir un espace de travail. (On peut voir des explications plus détaillées dans le commentaire de Carole sur le blog). Son projet rejoint dont celui sur lequel nous réfléchissons.

Puis nous parlons de la « gratuiterie » ou « zone de gratuité » sur le marché (ou ailleurs). Diane, qui avait proposé lors de la précédente réunion d’en organiser une entre nous avant de la faire sur le marché, a apporté un service de fondue à chocolat pour voir les réactions des personnes présentes. Cela amène à une discussion autour du don, de la gratuité et de la création d’un SEL (Système d’Échange Local) dont le concept est de remplacer l’argent par une autre forme de monnaie d’échange, noix, temps, … Certaines personnes évoquent le fait de sortir complètement de ce système pour être seulement dans le don et le partage. D’autres parlent du fait qu’elles n’ont aucun problème à donner mais des difficultés à recevoir. Karin propose alors l’idée d’organiser une soirée autour de ce thème !

Carole exprime l’importance de donner des valeurs au projet.

Morgane cite celles du Colibricole : respect, partage, savoir, créativité.

Nous parlons ensuite des différentes commissions de travail auxquelles chacun peut choisir de participer.

Morgane les écrit sur le tableau, certaines personnes se proposent

  • commission pour la « Gratuiterie » (Christine V et G, Noukou, Lisa)

  • commission pour trouver le « lieu » (Christine G, Tad)

  • commission pour la communication (Morgane V, Monique)

  • commission pour la reformulation de l’objet (Morgane V…)

  • commission pour le système d’échange (Florence, Cécile)

Patrick dit qu’il ne peut se positionner dans aucune des commissions, car pour lui le projet n’est pas encore assez défini et qu’il serait préférable de continuer à le peaufiner. Quelques personnes réagissent au fait que s’il y a trop de réunions de discussions, cela risque de créer des lassitudes.

Il est rappelé qu’il n’y a eu que deux réunions pour le moment et Christine exprime qu’il y a des personnes qui sont motivées pour organiser une première « Gratuiterie », que cela permettrait de mettre en route une première action concrète et que ce serait un moyen de communiquer l’existence du projet à un plus grand nombre de Valensolais.

Camille demande à chacun ce qui est le plus important pour lui, ce qui le fait le plus vibrer par rapport à ce qui est proposé

Après un tour de table, il s’avère que c’est le lieu qui l’emporte.

La question est alors soulevée de savoir si l’on part sur un projet de « café associatif » qui demanderait un gros investissement pour le montage du dossier ou si l’on reste sur un projet plus simple.

Dans le cas où l’on partirait sur le « café associatif », la question est de savoir si le « Colibricole » serait toujours en adéquation avec l’évolution du projet. Morgane n’étant plus présente, la question reste en suspens. Viviane évoque alors que l’objet de l’association n’aurait pas besoin d’être modifié et Christine ajoute qu’elle serait simplement là pour accompagner l’envol d’une nouvelle structure.

Enfin, nous terminons la réunion en mangeant quelques bonnes choses et en buvant un coup tout en continuant nos palabres.

Karin propose de faire un voyage avec des personnes intéressées pour rencontrer la personne référente sur la création des « café associatif » à L’équitable Café à Marseille.

Christine propose à ceux qui le désirent de se voir mercredi 11 mai pour travailler sur l’organisation d’une « Gratuiterie » sur le marché. Nous tombons d’accord pour nous revoir dans 15 jours, mercredi 18 mai à 18 heures.

Compte rendu – réunion du 29/04/16

Ce Vendredi à Valensole…

Avant l’arrivée des 25 personnes qui se sont réunies pour réfléchir ensemble autour de la création d’un lieu associatif convivial et chaleureux et de la mise en place d’actions collectives, 3 questions ont été notées aux tableaux et des feuilles ont été préparées pour que chacun puisse y répondre :

– que vous voudriez-vous trouvez dans ce lieu ?
– quelles actions organiser « hors les murs » ?
– en quoi aimeriez-vous participer ?

Christine et Karin ont rappelé en début de réunion, leurs discussions et leur désir commun de créer un lieu et de réunir un collectif pour la réalisation de ce projet, qu’une première rencontre a eu lieu avec un petit groupe en mars dernier, pour voir si cette idée faisait écho dans le village et d’ l’organisation de cette soirée pour ouvrir, élargir à d’autres personnes, d’autres associations….

Christine et Karin expliquent qu’au début du mois, elles ont proposé à Morgane Verbe, représentante du Colibricole, d’accueillir ce projet et d’aider à son développement, dans la mesure où il correspond aux objectifs et aux valeurs de cette association.

Morgane ayant accepté, elle est présente  pour co-animer ce temps d’échange.

Christine a évoqué les lieux de la région qui existent déjà et qu’elle et Anne ont visité ; le café associatif de « Monjustin » et celui d’Aups, « le petit grain », dont le dynamisme est très communicatif.

Très vite des réticences ont émergé sur le terme « café » ou « troquet »,

d’une part parce qu’il existe déjà des cafés à Valensole et d’autre part parce que cela impliquerait un engagement commercial. L’idée étant que chacun apporte thé, café, sirop ou autre pour être partagé et pour tenter de sortir de la logique commerciale.

Nous avons fait un cercle avec les personnes présentes et chacun et chacune s’est présenté pour exprimer ce qui l’intéresse dans ce projet, ce qu’il y recherche, ce qu’il peut y proposer, y apporter !

Beaucoup d’idées ont foisonné.

En résumé :

Un lieu convivial, alternatif, intergénérationnel où l’on serait accueilli avec tolérance et bienveillance pour :

  • être ensemble, partager un thé, un café, se rencontrer, manger ensemble, échanger.
  • s’apporter des idées originales, regarder les choses différemment, faire évoluer nos consciences.
  • rassembler des infos (rando, co-voiturage…)
  • créer la possibilité de faire se rencontrer et mieux se connaître les associations existantes, permettre des actions coordonnées
  • organiser des concerts, des expos, des soirées contes, des soirées jeux, des soirées philosophiques avec un thème.
  • Organiser des ateliers/discussions autour de certains thèmes (écologie, maison solaire… Luc est prêt à mettre à disposition un grand nombre de revues sur les thèmes de l’environnement, comme « la maison écologique »…)
  • refaire du lien, partager des savoirs faire, des compétences, apprendre ensemble. Cécile, grande férue des cabanons, peut partager ses savoirs faire concernant les peintures écolos, enduis etc
  • organiser des ateliers pour apprendre à coudre, des soirées tricots et des ateliers créatifs…
  • des ateliers cuisine autour d’une thématique

Mettre en place une gratuiterie sur le marché une fois par mois qui en même temps permettrait de communiquer, de faire connaître le projet.

Développer le blog déjà créé par Corinne, des outils informatiques de communication permettant une mise en réseau, un site collaboratif, sans négliger les autres façons de communiquer (panneaux d’affichage, affiches.. )

Faire pousser des plantes, créer des jardins, des jardins partagés, échanger des savoirs faire dans ce domaine..Andréa s’est lancée et cherche un peu d’aide.

Mutualisation de matériel de jardinage. Certains sur le village ont déjà commencé à le faire et aimerait développer.

.

Un lieu comme sur le marché mais avec un toit !

Nous avons évoqué la réhabilitations de ces cabanons pour en faire un lieu d’accueil (trop petit pour notre projet), d’entreposage des objets « non-donnés » de la zone de gratuité, des refuges de passage….

Carole cherche un lieu pour créer sur le village du coworking, un espace où des travailleurs indépendants pourraient travailler ensemble et pas chacun dans son coin, mettre du matériel en commun et pense que ce lieu pourrait peut être compatible avec celui du projet.

Nous nous sommes dit qu’avant d’avoir « notre » lieu, nous pouvons déjà mettre en place des actions à courts termes, commencer des échanges, organiser les gratuiteries sur le marché.

La Mairie met à disposition des salles à la Maison des Associations que nous pourront utiliser dans un premier temps et une fois le projet plus élaboré, nous pourrons réfléchir à d’autres lieux, comme la salle de l’ancien cyberespace, par exemple.

Maintenant y’a plus qu’à..

  • d’ici le mois de juin, organiser une assemblée générale extraordinaire du Colibricole, élire un nouveau bureau, créer un conseil d’administration y accueillir de nouveaux adhérents !
  • se réunir une fois par semaine à la Maison des Associations pour élaborer plus précisément le projet, organiser des commissions de travail, des réunions à thèmes……

La prochaine fois c’est le vendredi 6 mai à 18h !

N’étant pas encore pro dans l’animation de réunion, nous ne l’avons pas clôturer par un mot de la fin !

Alors voilà !

A bientôt

Coworking

Bonjour,
Je voudrais apporter un peu plus d’information sur cette pratique du coworking. L’espace de coworking permet effectivement à des travailleurs indépendants d’avoir un espace de travail mais pas que. Ce qui le rend différent de bureaux partagés c’est qu’il est ouvert aux salariés, aux entreprises, aux associations. Il permet de mutualiser le matériel, les pratiques professionnelles, d’élaborer des projets communs, de lutter contre les inégalités liés aux numériques par des accompagnements et des formations. Il permet de défendre le statut d’indépendant, de favoriser l’entreprenariat, d’apporter des conseils, de donner de la valeur au travail.
« Carole pense que ce lieu pourrait peut être être compatible » … ça fait beaucoup de conditionnel mais ne venant pas de ma part. Je suis effectivement certaine que ce projet est compatible avec le projet du Colibricole si chacun s’engage bien à créer un lieu ouvert, différent d’une association « classique », intergénérationnel, sans étiquette.
Les espaces de coworking associés à d’autres projets s’appellent des tiers lieux. J’en ai fréquenté quelques uns avec des fonctionnements juridiques différents (société, association, collectif). Je vous fais passer des liens si vous avez le temps pour la lecture, avec cette première phrase que j’aime bien « un tiers lieu ne se définit pas par ce que l’on en dit mais ce que l’on en fait ». Ce que j’aime dans ces lieux, c’est que généralement ils associent la convivialité et la confiance avec le travail, l’organisation, la communication.
https://vimeo.com/84773714
http://movilab.org/index.php?title=Le_manifeste_des_Tiers_Lieux